L’intelligence collective désigne l’augmentation des capacités cognitives des groupes humains grâce à une utilisation judicieuse des médias numériques. On vise ici la mémoire partagée, l’apprentissage collaboratif et la coordination des compétences en temps réel.
L’éthologie étudie l’intelligence collective des espèces sociales. Par exemple, les abeilles, les fourmis et les termites ont une division du travail poussée et communiquent de manière étroite. Même si les capacités cognitives d’une fourmi sont limitées, la fourmilière dans son ensemble manifeste une « intelligence émergente » qui lui permet d’apprendre et de résoudre des problèmes. Les grands singes ont un comportement social complexe et des modes de communication particulièrement développés.

Ruche

L’intelligence collective humaine se situe dans la continuité de l’intelligence collective animale, mais elle est plus perfectionnée à cause du langage, des techniques et des institutions politiques, économiques, légales et autres qui nous caractérisent. La principale différence entre les intelligences collectives animale et humaine tient à la culture, c’est-à-dire à une capacité d’apprentissage accélérée de l’espèce, dont les savoir-faire s’accumulent et se transmettent d’une génération à l’autre au moyen de signes et d’outils plutôt que par la simple évolution biologique. Aucun individu ne serait « intelligent » s’il ne participait pas à la communication sociale et s’il n’héritait pas des connaissances créées par les générations précédentes.
L’évolution culturelle a déjà franchi plusieurs seuils d’intelligence collective. En effet, les inventions de l’écriture, de l’imprimerie et des médias électroniques (enregistrement musical, téléphone, radio, télévision) ont déjà augmenté de manière irréversible nos capacités de mémoire et de communication sociale. L’intelligence collective des groupes humains n’est pas à créer, elle existe déjà et elle a derrière elle une longue histoire. Le véritable enjeu du méta medium algorithmique est donc le franchissement d’un nouveau seuil d’augmentation de l’intelligence collective.

Cuneiform

L’internet supporte de nouvelles formes d’intelligence collective pour trois grandes raisons. Premièrement, il permet une communication ubiquitaire indépendante des distances géographiques. La capacité d’émettre et de sélectionner l’information à volonté se trouve entre les mains de tous. Deuxièmement, l’internet enregistre et interconnecte progressivement la plus grande partie des connaissances produites par l’humanité, construisant ainsi une mémoire dynamique commune et participative. Troisièmement, les algorithmes traitent automatiquement l’information, ouvrant la voie à de nouvelles formes de traduction, d’analyse de données, de fouille et de filtrage collaboratif.
Une grande partie de l’intelligence collective à support numérique est implicite. Chaque fois que l’on fait une requête sur un moteur de recherche, que l’on envoie un message en ligne, que l’on crée un hyperlien, que l’on catégorise une information au moyen d’un hashtag, que l’on achète un produit en ligne ou que l’on « aime » une photo, on alimente des algorithmes qui transforment la structure de la mémoire collective et qui contribuent à orienter l’attention et l’activité des autres internautes.
Il existe aussi des formes explicites d’intelligence collective. Citons la programmation collaborative (logiciels libres, Github…), les nouvelles formes d’encyclopédie en ligne comme Wikipedia, qui rassemblent d’immenses communautés internationales de rédacteurs et d’éditeurs, les dispositifs d’apprentissage collaboratif en réseau (pédagogies innovantes, MOOCs…), les jeux en ligne massivement multi-joueurs ou les diverses applications de curation collaborative de contenu qui visent à filtrer et catégoriser les flux d’information dans une optique de gestion décentralisée des connaissances.

hashtag

Au-delà de pratiques sociales largement répandues, l’intelligence collective est également un mot d’ordre programmatique. En informatique, c’est une ligne de recherche qui fait contrepoint à l’intelligence artificielle et qui a été initié par Douglas Engelbart, l’inventeur de la souris et des premières applications de travail collaboratif. Au lieu d’essayer de rendre les ordinateurs plus intelligents que les humains, on vise ici à rendre les humains plus intelligents ensemble au moyen des ordinateurs. Dans le domaine du management de l’économie de la connaissance, l’intelligence collective se présente comme un art de maximiser simultanément la liberté créatrice et l’efficacité collaborative. En politique, il s’agit de permettre au plus grand nombre de voix singulières de se faire entendre (par opposition à l’homogénéisation partisane), de favoriser la délibération en ligne et la création rapide de réseaux de mobilisation et d’entraide.
La notion d’intelligence collective donne lieu à quelques malentendus. On lui oppose la « stupidité collective » constatée sur les réseaux sociaux. Mais parler d’intelligence collective n’implique aucun jugement de valeur. On peut noter l’augmentation des capacités cognitives des groupes sans nécessairement approuver tout ce qui se dit sur Internet. Il ne s’agit pas non plus d’attribuer une conscience autonome aux collectivités. La conscience réflexive est personnelle alors que l’intelligence collective est un phénomène social émergeant. Enfin, l’augmentation technique des capacités cognitives des groupes ne dispense nullement d’un effort personnel d’apprentissage et de création originale. Un des grands défis de l’enseignement contemporain consiste à éduquer les étudiants à une utilisation responsable des nouveaux outils de communication. Apprendre à gérer son attention, faire une analyse critique des sources auxquelles on se branche, tenir compte de la culture de ses correspondants, identifier les différents récits et leurs contradictions : tout cela contribue aussi bien aux apprentissages individuels qu’à bonifier l’intelligence collective.