Archives for posts with tag: sémantique
Art: Emma Kunz

For the English version, go here.

Le but de cette entrée de blog est d’expliquer comment fonctionne la sémantique référentielle en IEML et en particulier comment IEML traite les noms propres. J’ai distingué la sémantique linguistique et la sémantique référentielle ici et . Je rappelle néanmoins dans ce qui suit les idées principales qui fondent cette distinction. 

Sémantique linguistique et sémantique référentielle

La sémantique linguistique est interne au langage, tandis que la sémantique référentielle fait le pont entre un énoncé et ce dont il parle.

Lorsque je dis que “les platanes sont des arbres”, je ne fais que préciser le sens conventionnel du mot “platane”. Mais si je dis que “cet arbre-là, dans la cour, est un platane”, alors je pointe vers un état de chose, et ma proposition est vraie ou fausse. Le second énoncé met évidemment en jeu la sémantique linguistique puisque je dois d’abord connaître le sens des mots et la grammaire du français pour la comprendre. Mais s’ajoute à la dimension linguistique une sémantique référentielle puisque l’énoncé se rapporte à un objet particulier dans une situation concrète. 

Un dictionnaire classique définit le sens conventionnel des mots dans une langue, chaque mot étant expliqué en utilisant d’autres mots qui sont eux-mêmes expliqués par d’autres mots, et ainsi de suite de manière circulaire. Un dictionnaire relève donc principalement de la sémantique linguistique. En revanche, un dictionnaire encyclopédique contient des descriptions d’individus réels ou fictifs pourvus de noms propres tels que divinités, héros de roman, personnages et événements historiques, objets géographiques, monuments, œuvres de l’esprit, etc. Sa principale fonction est de répertorier et de décrire des objets externes au système d’une langue. Il enregistre donc une sémantique référentielle.

La sémantique linguistique met en relation un signifiant avec un signifié. Par exemple, le signifiant “arbre”, a pour signifié : “végétal ligneux, de taille variable, dont le tronc se garnit de branches à partir d’une certaine hauteur”. En revanche, la sémantique référentielle met en rapport un signifiant avec un référent. Par exemple, le signifiant “Napoléon 1er” désigne un personnage historique.

Individus et catégories

Les mots contenus dans un dictionnaire classique, et particulièrement les noms communs, désignent généralement des catégories alors que les entrées du dictionnaire encyclopédique se rapportent plutôt à des individus. Le nom commun “arbre” désigne n’importe quel arbre, la classe des arbres, alors que “l’Arbre de la Bodhi” de Bodh Gaya en Inde est un individu portant un nom propre. 

Par “catégorie” j’entends une classe, un genre, un ensemble, une collection, etc. Et ce n’est pas le hasard qui réunit un ensemble d’êtres ou d’objets dans la même catégorie, mais bien au contraire des traits communs. Par contraste avec une catégorie, un “individu” est unique, discret, particulier, qu’il s’agisse d’une personne, d’une chose, d’un événement, d’un lieu, d’une date, etc. On peut élargir le concept d’individu en suivant Bertrand Russell, qui en propose la définition suivante: “une série de faits liés entre eux par des relations causales”. En ce sens l’Écosystème de la forêt amazonienne ou la Révolution française sont bien des individus.

Les deux notions d’individu et de catégorie font système : les individus appartiennent à des catégories et les éléments à des ensembles. L’individu est plutôt concret, comme Isabelle qui est devant moi, alors que la catégorie générale est abstraite, comme l’humanité, qu’il m’est impossible de toucher.

Ne confondons pas “catégorie générale” avec “tout” ni “individu” avec “partie”. Les touts ne sont pas des ensembles abstraits, mais bel et bien des individus, comme d’ailleurs les parties. Par exemple, un organisme animal est un individu total et ses membres sont des parties individuelles de ce tout. Cet éléphant est un exemplaire individuel de la classe des éléphants, mais sa trompe est une partie du corps de l’éléphant.

Noms propres et noms communs: une définition 

Je vais maintenant définir la différence entre noms communs et noms propres. Mon but n’est pas ici de trancher définitivement un débat que de grands linguistes, logiciens et philosophes mènent depuis plusieurs siècles sur ce thème mais plutôt de fixer une convention utile pour le métalangage IEML (Information Economy MetaLanguage) en suivant le consensus aujourd’hui majoritaire en philosophie et en linguistique.  

Un nom commun 

(1) Il désigne une catégorie. 

(2) Il a un signifié relativement constant dans le système de la langue, c’est-à-dire qu’il possède une place dans le réseau cyclique des signifiés d’un dictionnaire.

(3) Il peut en outre acquérir un référent de manière variable selon les actes d’énonciation, comme dans “cette bouteille”.

Un nom propre 

(1) Il désigne un individu.

(2) C’est un signifiant qui n’a pas de signifié dans le système de la langue. 

(3) Il possède un référent constant conféré par une tradition sociale qui remonte à un acte de nomination. Selon Saul Kripke, un nom propre est un “désignateur rigide” dont la principale fonction est de permettre de parler d’un objet indépendamment des propriétés qu’il possède et des interprétations qu’on lui donne.

 Ces définitions peuvent prêter à malentendus et donnent lieu à quelques exceptions. 

Est-il vrai qu’un nom propre n’a pas de signifié?

Commençons tout de suite par évoquer la révolte instinctive contre l’idée qu’un nom propre n’a pas de signifié. Car lorsque nous entendons le mot “Napoléon” nous imaginons tout de suite le bicorne, les abeilles d’or, le jeune général traversant le pont d’Arcole un drapeau à la main, le code civil, le désastre de la Bérésina, etc. Mais Napoléon n’est pas un nom commun de la langue française, c’est un personnage historique. Les images qu’évoquent ce signifiant ne sont pas des signifiés conventionnels mais des connotations qui peuvent varier fortement selon que l’on est français ou anglais, bonapartiste ou légitimiste, militariste ou pacifiste, sensible ou non à la cause abolitioniste (la loi du 20 mai 1802 rétablit l’esclavage), etc. Les connotations sont variables mais la référence à l’individu est constante et sans ambiguité. Les noms propres peuvent avoir des connotations, mais ils n’ont pas de signifié conventionnel dans le système de la langue.

Les noms communs désignent-ils toujours des catégories générales?

Autre point douteux : les noms communs désignent-ils toujours des catégories générales? Par exemple, la lune, satellite de la terre, est-elle un nom commun ou un nom propre? Et si c’est un nom commun, comment se fait-il que “La lune” désigne un individu? Mais remarquons que l’on parle des lunes de Jupiter, qui ont été découvertes par Galilée. Le mot “lune” est donc bien un nom commun. Lorsqu’il est utilisé avec un article défini sans autre précision il réfère à l’astre argenté au cycle quasi mensuel qui éclaire nos nuits, sinon il signifie la catégorie des satellites de planètes. Le même problème se pose pour d’autre objets cosmiques, comme le soleil, la terre, le ciel, etc. En règle générale, chaque fois qu’un nom peut être utilisé au pluriel sans absurdité, alors il s’agit d’un nom commun. La philosophie bouddhiste multiplie les “terres” : les dix bhumis (sanscrit pour “terres”) sont des étapes successives sur le chemin du Bodhisatva. Bien qu’il semble à première vue qu’il n’y ait qu’un seul ciel, le mot possède plusieurs pluriels en français : “cieux” au sens spirituel et “ciels” aux sens matériels. Ne parle-t-on pas des ciels de Turner ou de Monet? En revanche Mars ou Saturne, sont des satellites particuliers ou des divinités personnelles et je ne les ai jamais vus utilisés au pluriel. Ce sont donc des noms propres désignant des individus astronomiques ou mythologiques.

Dans certains usages, une catégorie générale peut être considérée comme un individu

Encore un cas troublant: on peut faire référence à une catégorie générale en la considérant comme un individu. Lorsque je dis “Le fruit que je tiens dans ma main est un melon” j’utilise bien le mot melon comme une catégorie générale dans laquelle je range le fruit individuel que je tiens dans ma main. Jusqu’ici tout va bien. Mais je peux toujours considérer une catégorie générale comme un individu, un élément de l’ensemble des catégories générales : c’est le point de vue réaliste ou platonicien. Par exemple lorsque je dis “le melon est un fruit”, “melon” est au singulier et il est accompagné d’un article défini. Il s’agit donc d’un individu: une “catégorie individuelle”. Mais il ne s’agit là que d’un usage possible d’un nom commun, qui ne range nullement le mot “melon” dans la catégorie des noms propres. Dès qu’une catégorie générale est placée dans un énoncé en position de référent (nous parlons de “cette catégorie-là”), l’usage en fait un individu. Il suffit de distinguer les niveaux logiques pour ne pas se prendre les pieds dans le tapis sémantique. Retenons que lorsqu’un mot possède un signifié dans le système de la langue, il s’agit d’un nom commun, bien que l’on puisse s’en servir pour désigner un individu.

Des noms propres peuvent être utilisés comme prototypes de catégories générales

Dans l’effort pour discriminer entre nom propre et nom commun, la plus grande difficulté vient de l’utilisation des noms propres comme prototypes de catégories générales. On parle par exemple de statuettes qui sont des Vénus préhistoriques ou d’un maître-nageur qui est un Apollon. On traite ironiquement d’Einstein une personne à l’esprit lent, etc. “Les Vénus” contredit la règle générale que nous avons énoncé plus haut, selon laquelle chaque fois qu’un nom peut être utilisé au pluriel sans absurdité, alors il s’agit d’un nom commun. Bien pire, les noms propres peuvent engendrer des adjectifs désignant des qualités abstraites. Par exemple, on souligne le contraste entre l’évolution lamarckienne et l’évolution darwinienne, on évoque les guerres napoléoniennes ou les idées platoniciennes. Certes, Vénus, Apollon, Platon, Napoléon, Darwin, etc. sont des individus, mais ces individus ont tellement marqué les imaginations qu’ils sont devenus les “membres centraux”, ou figures archétypiques, de catégories comprenant les individus qui leur ressemblent ou qui possèdent avec eux une contiguïté spatio-temporelle (la “période napoléonienne”). Dès lors, le nom propre est utilisé de manière figurative comme un nom commun, ou comme une qualité générique dans le cas d’un adjectif construit à partir d’un nom propre. Nous avons donc affaire dans ces cas à des exceptions à notre règle, dans lesquelles des noms propres sont utilisés (par métaphore, métonymie, contiguïté, etc.) pour désigner des catégories.

Une Vénus Préhistorique

Nom propres et références en IEML

Chacun des trois mille mots élémentaires du dictionnaire d’IEML se définit au moyen de phrases utilisant d’autres mots élémentaires et chaque expression complexe en IEML (groupes de mots, phrases, textes) renvoie au noyau circulaire d’inter-définition du dictionnaire. Cette inter-définition circulaire des mots du dictionnaire est d’ailleurs le propre de toutes les langues. Selon leurs rôles grammaticaux dans un énoncé, les trois mille éléments du dictionnaire IEML peuvent être lus comme des noms, des adjectifs, des verbes ou des adverbes. Leurs signifiés sont des catégories générales. Les signifiants de ces catégories générales sont construits pour avoir le maximum de relations fonctionnelles avec leurs signifiés. Les signifiés du même champ sémantique appartiennent au même paradigme et possèdent des similitudes syntaxiques. La composition matérielle des signifiants et leurs places respectives dans les paradigmes donne des indications sur leur sens. Par exemple, les signifiants des couleurs ou des sentiments ont des traits syntaxiques en commun. Les couleurs qui contiennent du rouge ou les sentiments qui avoisinent la colère ont également des traits matériels communs. C’est ce qui fait d’IEML une idéographie. On ne trouve évidemment pas ce type de relation signifiant / signifié dans les langues naturelles, dans lesquelles les mots pour désigner les couleurs ou les sentiments, n’ont pas de traits phonétiques communs. Jointe à la régularité sans faille de sa grammaire, ce rapport fonctionnel entre signifiant et signifié fait d’IEML une langue à la sémantique (linguistique) calculable. 

En revanche, les noms propres comme Napoléon ou le Fuji Yama n’ont pas de traduction en IEML et, de ce fait, leur sémantique linguistique n’est pas calculable en IEML. En IEML les noms propres sont considérés comme des signifiants n’ayant pas de signifié (du moins pas en IEML) et dont le sens est donc purement référentiel. Les références, tout comme les noms propres, sont notés entre crochets. Voici quelques exemples qui mettent en valeur le cas particulier de Napoléon. Dans les phrases IEML entre parenthèses qui suivent, les mots en italiques désignent les rôles grammaticaux de la ligne qu’ils initient, les mots en français contiennent des liens vers le mot IEML correspondant.

***

(racine  le  officierstratège  <Napoléon>).

L’expression signifie : “le général Napoléon”

***

(racine   le   chef  <Napoléon> ,
manière   de   empire).

L’expression signifie : “l’empereur Napoléon” 

***

(racine  vide <Napoléon>). 

Ici Napoléon n’est qualifié par aucune catégorie générale.

***

(racine  pluriel  guerre,
manière  de   officierstratège <Napoléon>).

L’expression signifie “les guerres napoléonniennes” 

***

L’expression “les guerres napoléoniennes” peut être réifiée ainsi:

@alias les-guerres-napoléonniennes
(racine pluriel  guerre,
manière de   officierstratège  <Napoléon>).

***

L’expression définie ci-dessus peut être réutilisée dans une phrase, par exemple:

(racine être blessé,
sujet  singulier  pronom troisième personne,
temps  passé,
temps  pendant les-guerres-napoléonniennes). 

L’expression signifie: “Il a été blessé pendant les guerres napoléoniennes”

Dans cet exemple, on voit comment une phrase IEML (y compris une phrase contenant un nom propre) peut être réifiée et utilisée comme un mot dans une phrase au niveau de complexité linguistique supérieure. Ce type d’opération peut être répété récursivement, ce qui permet d’atteindre des degrés élevés de différentiation et de précision sémantique. 

*** 

Les deux exemples qui précèdent montrent qu’il est possible d’utiliser des noms propres comme prototypes de catégories générales en IEML, comme on le fait dans les langues naturelles. Mais en règle générale on préfèrera exprimer directement les catégories évoquées par les noms propres dans certaines langues naturelles par des catégories en IEML. Par exemple, pour traduire “sadique” on ne reprendra pas le nom du Marquis de Sade, mais on dira simplement “quelqu’un qui aime faire souffrir les autres.”

***

Dans l’exemple ci-dessous, l’objet de la proposition principale est une proposition secondaire – on remarquera les parenthèses dans les parenthèses – et l’accent sémantique (le point d’exclamation) est mis sur la personne (qui que ce soit) qui aime faire souffrir les autres.

@alias sadique
(
racine  aimer, désirer
sujet qui que ce soit
objet 
(racine  faire souffrir,
objet  pluriel  autre personne).
).

***

Les noms de personnes, les adresses, les dates, les positions GPS, les nombres, les unités de mesure, les devises, les objets géographiques, les URL, etc. sont tous considérés comme des noms propres ou des références individuelles et sont mis entre crochets. Les douze premiers nombres entiers naturels sont néanmoins considérés comme des noms communs (ils “existent” en IEML et sont connectés aux nombres ordinaux, aux symétries, aux figures géométriques régulières, etc.). Les grandes zones géographiques existent également en IEML, sont considérées comme des catégories générales et peuvent être assimilés à des “codes postaux” qui donnent lieu à des calculs sémantiques. Ces codes permettent notamment de déterminer les positions respectives (au Nord, à l’Est, etc.) des zones codées, ainsi que de situer et regrouper les pays, les villes et autres objets géographiques.

*** 

Par exemple, pour dire “l’Italie” en IEML, on écrit:

(racine  Europe centre-sud <Italia>).

Expression dans laquelle “Europe centre sud” fait partie du paradigme des pays européens.

***

Pour dire “le nombre 292”, on écrit:

(racine  nombre <292>).

***

Pour dire “le nom d’un client”, on écrit:

(racine nom < Dupont >,
manière du  client).

Le lecteur contrastera l’approche d’IEML avec celle du Web sémantique, dans lequel les URI ne distinguent pas entre catégories générales et désignateurs rigides et ne peuvent pas faire l’objet de calculs sémantiques à partir de leur forme matérielle (une séquence de caractères). En fait, tous les URI sont des désignateurs rigides. Bien entendu, l’approche d’IEML et celle du web sémantique ne sont pas incompatibles puisque les expressions IEML valides ou USLs (Uniform Semantic Locators) ont une forme unique et peuvent se représenter comme des URIs.

L’auto-référence linguistique en IEML

On a vu plus haut que les USLs pouvaient contenir des noms propres, des nombres et autres expressions qui sont opaques au calcul sémantique IEML. Les USLs peuvent aussi faire référence à d’autres USLs, comme on peut le voir dans l’exemple ci-dessous.

***

@alias Bravo-Einstein!
(racine féliciter,
sujet singulier  première personne,
objet singulier  pronom deuxième personne <Einstein>).

***

(racine mode indicatif  moquer,
sujet cette  phrase <Bravo-Einstein!>,
objet  singulier  pronom deuxième personne).

***

BIBLIOGRAPHIE

Cormier Agathe. “Relecture pragmatique de Kripke pour une approche dialogique du nom propre”. 4e Congrès Mondial de Linguistique Française, Jul 2014, Berlin, Allemagne. p. 3059-3074

Frege Gottlob, “Sens et dénotation”. 1892. Trad. de C. Imbert. In Écrits logiques et philosophiques. Paris : Éditions du Seuil, 1971, 102-126.

Kripke Saul, Naming and Necessity, Oxford, Blackwell, 1980. Trad. fr. La logique des noms propres, Paris, Minuit, 1982, (trad. P. Jacob et F. Recanati).

Mill John Stuart, A System of Logic, 1843. Trad. fr. Mill, John Stuart, Système de logique déductive et inductive, trad. fr. L. Peisse Paris, Alcan, 1896. 

Récanati François, “La sémantique des noms propres : remarques sur la notion de « désignateur rigide»”. In: Langue française, n°57, 1983. Grammaire et référence, sous la direction de Georges Kleiber et Martin Riegel. pp. 106-118.

DOI : https://doi.org/10.3406/lfr.1983.5159 www.persee.fr/doc/lfr_0023-8368_1983_num_57_1_5159

Rosch Eleanor., “Cognitive Representations of Semantic Categories”, Journal of Experimental Psychology: General, Vol.104, No.3, September 1975, pp. 192–233.

Rosch Eleanor, “Natural categories”, Cognitive Psychology 1973 4, pp. 328-350.

Russell Bertrand. Human Knowledge: Its Scope and Limits. London: George Allen & Unwin (1948). Trad fr. La connaissance humaine : sa portée et ses limites. Trad. N. Lavand. Paris : J. Vrin, 2002

Vandendorpe, Christian, “Quelques considérations sur le nom propre. Pour un éclairage du linguistique par le cognitif et réciproquement”. In Langage et société, numéro 66, déc. 1993, p. 63-75.

Wittgenstein, Ludwig, Philosophical Investigations, (specially paragraph 79), Trad Anscombe, Basil Blackwell, 1958.

Articles de Wikipedia: 

https://en.wikipedia.org/wiki/Prototype_theory

https://en.wikipedia.org/wiki/Causal_theory_of_reference

https://en.wikipedia.org/wiki/Saul_Kripke

F-Arbre-methode.jpg

FIGURE 1

La figure 1 présente les six catégories primitives de la sémantique et schématise leurs relations d’interdépendance. On peut comparer ce diagramme à celui d’une main. Alors que l’organe du corps humain possède cinq doigts et une opposition entre le pouce et les autres doigts, la main sémantique comporte six doigts – les catégories – et quatre systèmes d’opposition emboîtés – les relations –. La pince du virtuel et de l’actuel commande la relation d’interdépendance pragmatique. La pince ternaire entre le signe, l’être et la chose prend en charge l’interdépendance sémiotique. L’opposition de la pince pragmatique et de la pince sémiotique actionne la tenaille de la relation formelle. La méta-pince rationnelle, enfin, oppose le vide et la forme.

Le vide, le virtuel, l’actuel, le signe, l’être et la chose ne sont pas de mon invention, je me suis contenté de recueillir puis de mettre en forme un très ancien héritage. La plupart des catégories sémantiques remontent au moins à Aristote et elles ont été raffinées par une longue tradition de philosophes, de logiciens, de sémioticiens, de grammairiens et de linguistes. On trouvera une importante bibliographie à ce sujet dans La Sphère sémantique (2011). Je me contenterai ici de signaler quelques-unes de mes sources.

La relation pragmatique entre virtuel et actuel

On catégorise comme actuel ce qui possède un caractère concret ou sensible et qui se localise facilement dans l’espace et le temps. Par contraste, le virtuel catégorise ce qui possède un caractère intelligible, abstrait et auquel il est difficile d’attribuer une adresse spatio-temporelle bien déterminée.

Le couple virtuel/actuel décrit une dialectique pragmatique, que l’on peut retrouver notamment dans la dynamique entre potentialités (virtuelles) et réalisations (actuelles), problèmes (virtuels) et solutions (actuelles), stratégies (relation aux finalités virtuelles) et tactiques (relations aux moyens actuels), etc.

La dialectique du virtuel et de l’actuel fait écho au Ciel et à la Terre des premières nations, au yang et au yin de la pensée chinoise, à l’âme et au corps, à la transcendance et à l’immanence, à l’intelligible et au sensible (Platon), à la puissance et à l’acte (Aristote), à la pensée et à l’étendue (Descartes), au transcendantal et à l’empirique (Kant)… J’ai par ailleurs consacré un livre entier à cette question.

Virtuel et actuel sont des notions relatives, qui se définissent l’une par l’autre. Dans l’analyse d’un cycle pragmatique complexe, la catégorisation des phases virtuelle et actuelle relève de l’interprétation en contexte. Par ailleurs, virtualité et actualité peuvent définir les deux pôles d’un continuum. Ainsi, un caillou rêvé est plus virtuel qu’un caillou perçu, mais plus actuel qu’un rêve de caillou dans un roman.

La relation sémiotique entre signe, être et chose

Le signe catégorise ce qui est de l’ordre du code, du message et de la connaissance. L’être indique les personnes, leurs rapports et leurs intentions, ce qui est de l’ordre de l’esprit, la capacité de concevoir ou d’interpréter. Enfin, la chose catégorise ce dont on parle, les objets (abstraits ou concrets), les corps, les outils, le pouvoir.

Le ternarité signe/être/chose exprime une dialectique sémiotique, que l’on retrouve notamment dans la distribution des rôles de communication : on pourra par exemple distinguer entre les messages (signes), les personnes (êtres) et les éléments de contexte qui sont en jeu (choses). En logique, la proposition (signe), le jugement (être) et l’état de chose (chose) sont inséparables puisqu’un jugement logique détermine si un état de chose correspond, oui ou non, à une proposition.

La dialectique sémiotique du signe, de l’être et de la chose renvoie…

  • à la distinction aristotélicienne du symbole, de l’état d’esprit et de la chose ;
  • à la triade « vox, conceptus, res » de la philosophie médiévale ;
  • au fondement du signe, à l’interprétant et à l’objet de C. S. Peirce ;
  • au noème, à l’intention et à l’objet de Husserl (ou bien, à un niveau d’analyse plus fin décomposant le noème de cette dernière triade, la noèse – signe –, le noème au sens restreint – être – et la hylè sensible – chose – ;
  • au logos, à l’ethos et au pathos de la rhétorique ;
  • aux actes locutoire, illocutoire et perlocutoire de la pragmatique (tels que définis par Austin), et ainsi de suite.

De même que dans le cas de la dialectique virtuel/actuel, la dialectique signe/être/chose est hautement relative. Il s’agit surtout de déterminer le rôle joué par ce que l’on veut catégoriser selon les points de vue, les circonstances et les contextes. Par exemple, une personne pourra être catégorisée signe, être ou chose selon la fonction qu’elle joue dans une situation : messager (signe), interlocuteur (être) ou sujet de la conversation (chose).

La relation formelle entre pragmatique et sémiotique

Les dialectiques pragmatique et sémiotique sont elles-mêmes en relation dynamique d’interdépendance. L’interdépendance de la figure et du fond – de la représentation sémiotique et de l’interaction pragmatique – fait émerger une forme. A l’intérieur de cette dialectique, la sémiotique décrit les opérations de construction ou de production d’entités tandis que la pragmatique rend compte de l’exploration et de la reconnaissance de processus. C’est ainsi que les mouvements ou les verbes seront catégorisés comme pragmatiques et que les entités ou les noms seront catégorisés comme sémiotiques.

Sur un plan épistémologique, cette dialectique permet d’articuler deux faces complémentaires de la connaissance : le « savoir produire » de l’intérieur (sémiotique) et le « savoir reconnaître » à l’extérieur (pragmatique). Par exemple, maîtriser le langage suppose d’être capable de produire des phrases, ce qui se termine par une activation motrice, mais aussi de les reconnaître, ce qui commence par une activation sensorielle. Les deux aspects sont à la fois distincts et complémentaires. Pour prendre un autre exemple, nous savons marcher ou manger ; nous savons aussi reconnaître la marche ou la manducation chez les autres, donc ailleurs que dans notre propre activité ; finalement, nous savons qu’il s’agit de la même chose, même si savoir faire et savoir reconnaître mettent en oeuvre des sensations et des mouvements différents.

La relation rationnelle entre vide et forme

La dialectique rationnelle, enfin, met en relation la forme qui comprend les cinq catégories pleines (virtuel, actuel, signe, être, chose) et le vide. Le vide rend compte du zéro, du silence, du blanc, de l’indétermination sémantique et de l’espace ouvert où se déploie l’expérience humaine. A ce titre, il s’oppose aux catégories pleines qu’il exclut en tant que néant… mais qu’il contient en tant qu’espace. Le contraste entre le pattern et le bruit dans le signal. relève justement de cette dialectique rationnelle entre le vide (le bruit) et le plein (le pattern).

Une théorie sémantique de la cognition doit rendre compte de la distinction fondamentale entre fait et fiction, c’est-à-dire entre les idées dont les objets seront réputés inventés ou simulés (vide) et celles dont les objets seront supposés réels (plein) : il y va de la survie de l’être intelligent. C’est pourquoi, en fonction des circonstances, la dialectique rationnelle distinguera entre le vrai et le faux, le connu et l’inconnu, la réalité et l’imitation, les idées claires ou confuses…